Alekos KOntopoulos To heri
 
Voix sublimes et bien aimées
de ceux qui sont morts
qui sont perdus pour nous comme s’ils étaient morts.
 
Parfois, elle nous parlent en rêve;
parfois, dans la pensée, le cerveau les entend.
 
Et avec elles résonnent, pour un instant,
les accents de la poésie de notre vie-
comme une musique qui s’éteint au loin, dans la nuit.
 
Voix, par Constantin Cavafy, 1904.
Traduction du grec: Dominique Grandmont, dans En attendant les barbares et autres poèmes, Gallimard, 2003.
Peinture: Alekos Kontopoulos, "La main", 1956.
 
Le poème original en grec sur notre page facebook

banner grece hebdo migration

banner newsletter grece hebdo

  1. Interviews
  2. Cinéma grec
  3. Populaires
next
prev