C'est le danger qui m'entraîne en toi et ces replis de ton corps chemins qui mènent à la démence
tes jambes rivières et leur source noire miroir qui sans arrêt m'attire vers mes premières eaux
et ta jupe en tombant délivre des oiseaux le grenier à blé brille baignant dans la fraîcheur     le lit se remplit de grains pour nourrir les bêtes affamées
bêtes sauvages qui gémissent de détresse et cherchent nourriture pour la soif et veulent dans ta ravine monter sur les hauteurs se fracasser dans tes profondeurs
toi impétueuse plantant ton talon gauche dans mes côtes sur le dos tu bois la furie     pour que ta bouche s'emplisse d'immensité
et ma langue brebis vorace broute les herbes et la peau dessous s'exaspère     des souffles profonds partout nous entourent
 
ce n'est pas le danger qui me fond en toi mais de ta beauté la terreur
Hatzikiriakos Gikas gynaikeies figoures 1962
 
Traduction: Michel Volkovitch 
Peinture: Chatzikyriakos Gkikas, 1962
Le poème original en grec sur notre page facebook
 

banner grece hebdo migration

banner newsletter grece hebdo

  1. Interviews
  2. Cinéma grec
  3. Populaires
next
prev