Un hommage au torrentueux et audacieux Nikos Kessanlis (1930-2004), l'éminent artiste en Grèce et à l'étranger, à été inauguré le 10 février à la  galerie a.antonopoulou.art.

Une première exposition  (10/2- 28/3) rassemble 27 œuvres sous le titre "Les murs de la ville». Dans ces œuvres, Nikos Kessanlis, fasciné par la suggestibilité des murs comme un substrat de la vie et le souffle de la ville, détecte par des gestes violents la nouvelle  condition métropolitaine. La deuxième exposition intitulée "Les amis" qui suivra à la même galerie un peu plus tard (en mai), est dédiée au cycle d'œuvres de l'artiste, dont le critique d'art français Pierre Restani a appelé «mec art», avec les fantasmagories de  l'identité, les ombres et l'immortalisation d'amis de l'artiste.

Sur l’oeuvre de Kessanlis ont été écrite des milliers de pages d'analystes et historiens de l'art. En 1997, le commissaire de l'exposition de  Kessanlis au Musée Macédonien d'Art Contemporain C. Tzirtzilakis note: "Il est connu que Kessanlis, en cultivant une langue internationale s’est opposé  à la peinture figurative conformiste, qui, des années de l’après-guerre, reproduit les mythologies « de la Génération de '30 "

Nikos Kessanlis est né en 1930 à Thessalonique. Il a étudié la peinture à l'École des Beaux-Arts (1950 -1955) avec Yannis Moralis et a également travaillé comme assistant près de Yannis Spyropoulos et Nikos Nikolaou.Il poursuit ses études à Rome, à la Faculté de la conservation des œuvres d'art, et a travaillé comme conservateur dans la restauration des fresques dans l'église des Eremitani à Padoue. En 1959, il a reçu le premier prix Amedeo Modigliani à Livourne et a décidé de s’installer définitivement à Paris. Ayant récu de nombreux prix en 1981, il a été élu professeur en Beaux-Arts à Athènes où il s’y installe de façon permanente. Il a également été doyen de la Faculté jusqu'en 1996. Il a vécu la plupart de sa vie à côté de Chryssa Romanos qui mourut deux ans après Nikos en  2006.


banner grece hebdo migration

banner newsletter grece hebdo

  1. Interviews
  2. Cinéma grec
  3. Populaires
next
prev