Un séminaire, "Troubles politiques, incertitudes économiques et sécurité en Méditerranée”, s’est déroulé à Athènes les 1 et 2 mars, organisé par le Groupe Spécial Méditerranée et Moyen-Orient (GSM) de l'Assemblée parlementaire de l'OTAN. Ouvrant les travaux, le président du Parlement grec, Philippos Petsalnicos, a souligné le rôle de la Grèce en tant que facteur de stabilité pour la région. Il s’est exprimé en faveur d’un dialogue méditerranéen afin de renforcer la sécurité et stabilité régionales.

Le ministre des Affaires étrangères, Dimitris Droutsas, présentant ‘Le point de vue de la Grèce’ a déclaré que la violence et l’assassinat des innocents sont inacceptables et la communauté internationale ne fera pas preuve de tolérance. Au sujet des flux migratoires vers l’UE, le ministre a souligné que le problème concerne l’Europe dans son ensemble et qu’aucun Etat membre ne doit assumer tout seul cette responsabilité.

Le deuxième jour, le ministre de la Défense, Evangélos Venizélos, a affirmé que la Grèce, membre de l’OTAN depuis 60 ans, a pleine conscience de sa responsabilité comme pays à l’avant poste de l’OTAN et de l’UE. Il a signalé que les solutions dans la région doivent être politiques et démocratiques. Le ministre a également indiqué que l’assainissement budgétaire en cours impose une rationalisation des dépenses militaires, dont le budget a diminué de 20% en comparaison avec 2010. [ANA-MPA]