Le Premier ministre, Georges Papandréou, a affirmé que le gouvernement grec vise à l’adoption d’un ‘règlement global’ lors des Conseils européens des 11 et 25 mars. Se rencontrant, avec les chefs des partis de l'opposition, Papandréou a indiqué la pluralité des questions ouvertes, à savoir la mise en place d’une gouvernance économique européenne, le futur mécanisme de soutien des pays envisageant des déficits budgétaires, les conditions de règlement de la dette grecque, ainsi que la question de l'émission d’une euro-obligation et la taxation des transactions financières. Papandréou a souligné que le règlement promu par la Grèce est indispensable afin de garantir la stabilité de la zone euro et la fonction des marchés au profit des citoyens.

Papandréou est déjà parti à Bruxelles où il s’est entretenu hier avec le président du Conseil européen, Herman Van Rompuy. Aujourd’hui, il se rend à Paris pour rencontrer le président Sarkozy.
De sa part, Antonis Samaras, chef de Nea Dimokratia, le parti principal de l’opposition, a commenté que, même si les décisions lors des Conseils européens soient favorables, il est nécessaire que celles-ci n’aboutissent pas à de dures mesures supplémentaires pour l’économie, qui est déjà en asphyxie.

Notons que, selon de nouveaux chiffres, le chômage en Grèce a grimpé à 14,8% en décembre 2010, contre 13,9% en novembre 2010 et 10,2% en décembre 2010. Le chômage affecte surtout les jeunes et les femmes.

banner grece hebdo migration

banner newsletter grece hebdo

  1. Interviews
  2. Cinéma grec
  3. Populaires
next
prev

Greece 2021