S'adressant mardi au Parlement, le Premier ministre, Georges Papandréou, a noté que l’assistance offerte par la Grèce aux pays participant à l’imposition de la zone d’exclusion aérienne en Libye est conforme à la position constante de la politique étrangère grecque, qui est le respect du droit international. Il a rappelé la résolution adoptée par le Conseil de sécurité et souligné que pour la Grèce l’adaptation à la résolution est une question de crédibilité internationale.

De même, suite au Sommet tenu à Paris le 18 mars, le Premier ministre avait salué la détermination de la communauté internationale de faire appliquer les résolutions de l’ONU pour la protection des citoyens libyens et l’application d’un cessez-le-feu. En sa qualité de Président de l’International Socialiste, Papandréou avait également clarifié que ‘‘nous ne tolérerons en aucun cas l'assassinat des citoyens innocents’’.

Expliquant le rôle de la Grèce, le porte-parole du gouvernement, Giorgos Petalotis, a clarifié que la participation grecque a un caractère d'appui. Selon le ministère de la Défense, Athènes ne participe pas aux opérations militaires qu’à condition de l’activation de l’OTAN, mais au niveau bilatéral, elle répondra aux demandes d’assistance des pays amis et alliés. La Grèce a mis à la disposition de l’OTAN la base militaire de Souda en Crète, deux aéroports militaires, une frégate, un avion-radar et un hélicoptère de recherche et de sauvetage.

De son côté, Nea Dimocratia, le parti principal de l’opposition, a exprimé son accord avec le choix fait par le gouvernement concernant la contribution aux opérations alliées en Libye.

banner grece hebdo migration

banner newsletter grece hebdo

  1. Interviews
  2. Cinéma grec
  3. Populaires
next
prev

Greece 2021