Le mont Athos constitue une cité monastique unique au monde. Située à la péninsule de Chalkidiki au nord de la Grèce, il représente une pittoresque « république théocratique » prés de la mer, où vingt couvents disposent depuis 1926 d'un statut d'autonomie administrative au sein de l’État grec : l'’un des hauts lieux de l'orthodoxie d’une beauté extraordinaire consacrée à la vierge Marie où les femmes pourtant sont interdites depuis 1060. Ici en marge du monde moderne se réunissent tous ceux qui renoncent définitivement aux affaires de ce monde- ci, loin de l’opulence et des jouissances de toute sorte. Leur seul souci consiste désormais à se consacrer à la recherche de leur Dieu à travers la douceur de leurs psaumes et l’enseignement des Pères de l’Église (la fameuse « patristique »). À 2030 m d'altitude, le mont Athos domine la pointe sud d’une péninsule de 50 kilomètres de longueur sur 12 kilomètres de large, aux confins de la mer Égée. En Grèce on nomme plus souvent cette montagne, et toute la péninsule, Ághion Óros : « la Sainte Montagne ».
 
FotorCreated OROS FIRST
  
Histoire, mythologie et statut juridique
 
Célèbre pour les vingt monastères orthodoxes, Mont Athos, avec ses collines inaccessibles qui plongent dans la mer, avec ses plages de sable et des constructions des siècles, avec la spiritualité des rites et de mystères de la vie monastique, constitue l’un des plus beaux et mystérieux paysages du monde en suscitant toujours la curiosité des visiteurs - hommes seulement.
 
Diverses légendes sont attachées à la vocation mystique de la Sainte Montagne - dite « sainte », non pas tant par la vertu de ses habitants, mais parce que Marie elle-même y aurait fait escale, en demandant  que ce lieu lui soit consacré.

Il est possible que des premiers ermites aient vécu comme ascètes sur le Mont Athos depuis le quatrième siècle, mais on n’a de preuves certaines qu’à partir du septième siècle, lorsque l’empereur Constantin IV donna le territoire du mont Athos aux moines qui s’y étaient fixés.

Il paraît qu’à cette époque-là, des moines byzantins ont trouvé ici un refuge, chassés pendant  l'iconoclasme , ce désaccord ecclésiastique sur l'affichage de Dieu et des saints qui culmineà partir de 726. Le conflit conduit de nombreux moinesàquitter  le Constantinople byzantine où de nombreuses icônes ont été détruites et se recourir  auMont Athos en prenant avec eux  ces images, symboles sacres  du culte.  En 843 ce conflit est terminé et le culte des icônes est rétabli par l’impératrice Théodora.

En 885, une ordonnance impériale leur en réserve le droit d'habitation. Parmi les figures  qui marquent le développement du monachisme athonite on mentionne  l'ermite Pierre (neuvième siècle), et Athanase qui, venu de Constantinople, en importe le modèle de vie en communauté et fonde en 963 la Grande Laura. Quelques ans plus tard, en 972, la première constitution de Mont Athos fut signée par l'empereur byzantin Jean I Tzimiskès

Selon la mythologie grecque, Athos est le leader des Géants dans la bataille contre les Olympiens, dans la Gigantomachie. Athos a jeté un énorme rocher sur Poséidon (dieu de la mer, leader des Olympiens) depuis la Thrace mais le rocher a tombé dans la mer donnant la montagne le forme d’une pyramide qui porte son nom.
Le statut juridique de la République monastique du Mont-Athos [Autónomi Monastikí Politeía Agíou Orous] est confirmé en droit international par le traité de Lausanne en 1923, et endroit constitutionnel par la constitution grecque depuis 1926.
 
La Charte constitutionnelle de la Sainte Montagne de l’Athos, signée à Karyès en 1924 et ratifiée par l'état grec,  reconnaît le Mont Athos comme une entité autonome et auto-administré de l'état hellénique qui est spirituellement assujettie au Patriarche Œcuménique de Constantinople comprenant 20 représentants des monastères. Le status autonome de Ághion Óros est aujourd’hui prévu dans la constitution grecque, article 105.
  
monaxos agiou orous 03
 
Rites, silences et théologie: La vie des moines et des visiteurs
 
L'histoire officielle de la Sainte Montagnecommence donc en 963; les moines du mont Athos (orthodoxes grecs, bulgares, roumains, russes, serbes et autres) s’y sont établis depuis le Xe siècle en menant une vie de réclusion, d'introspection et de prière, dans ce paysage accroché à la montagne.
 
Cette communauté orthodoxe, entièrement masculine, conte aujourd’hui presque 2 000 moines et laïcs, tous âgés de plus de 18 ans. Les moines de règle cénobitique qui habitent les monastères – originaires aujourd’hui du monde entier – n’en mènent pas moins une vie austère : à 3 heures du matin, le son d’un maillet frappé sur une planche de bois les tire d’une courte nuit de trois heures. Ils entament alors une journée comptant huit heures de service religieux. Les seules pauses sont les deux repas pris en silence, pendant dix minutes. Le reste du temps, les moines participent à la gestion des monastères, s’activent dans les champs et les oliveraies et travaillent comme pêcheurs, mécaniciens, chauffeurs, tailleurs ou peintres d’icônes. Mais il y en a également les ermites qui échappent à la discipline stricte des monastères dans leurs skites dispérsés un peu partout au long de la peninsule en optant pour un rapport plus personnel avec Dieu. Les moines sont autorisés à quitter le mont Athos mais, pour la plupart, le font rarement.
 
FotorCreated gauche TLOUPAS Droite ZERVOULAKIS
 Photos: Takis Tloupas (gauche), Takis Zervoulakis (droite), Aghio Oros, années '70.
 
Cette communauté théocratique orthodoxe unique, attire des milliers de pèlerins et des visiteurs curieux du monde entier mais l'entrée au Mont Athos est limitée à 100 orthodoxes et 10 non-orthodoxes par jour. Selon des estimations, au moins 35 000 pèlerins viennent le visiter chaque année. Ce sont tous des hommes, évidemment, munis d’un visa spécial, accordé pour un séjour de quatre nuits, durant lequel le visiteur, nourri et logé gracieusement, peut passer d’un monastère à l’autre. Toutes les visites sont gérées par l’administration de la République monastique du mont Athos, dont le « parlement », la Communauté sacrée / Ieri Koinotita, siégeant dans la petite capitale de Karyès, à l’intérieur des terres, s’enorgueillit de la plus ancienne continuité de fonctionnement parmi les administrations du monde entier.

« Écrire sur le mont Athos implique, en conséquence, qu'on soit ou non orthodoxe et croyant, une imprégnation préalable de l'atmosphère singulière de la Sainte Montagne et une complicité personnelle qu'on retrouvera ici dans le choix des thèmes, des idées, des images » écrivait Jacques Lacarrière qui fit plusieurs voyages en Grèce de 1947 à 1966, en ajoutant : « Athos est un lieu, un foyer, un creuset où s'allient chaque jour les contraires, la terre et la mer, la nuit et la lumière, le silence et le chant du monde. Au point que les anges, dit-on, le préfèrent à tout autre en Grèce. »

FotorCreated Kostas Balafas
 Photos: Costas Balafas
 
« Le comble du péché » : les femmes « incognito » dans le monde des hommes
 
L’«avaton» à savoir l’interdiction faite aux femmes (ainsi qu’aux enfants et aux animaux femelles) de pénétrer sur le mont Athos est prévue par un décret de l’empereur byzantin Constantin Monomaque de 1046. L’explication derrière cette interdiction est liée à la Vierge Marie qui doit être, selon la légende, la seule femme honorée au Mont Athos, considéré comme le « jardin » de la Vierge. Les legendes abondent sur la trangression de cet avaton effectuée à plusieurs moments au fil de l’histoire. A titre indicatif citons la violation perpetrée suite à une demande d’accès en 1850, lorsqu’ Eliza Charlotte Alexander, la femme de l'ambassadeur britannique à Constantinople Stratford Kaning, a accompagné son mari au Mont Athos.
 
Déjà dans les années 1920, une psychanalyste et écrivain française, Maryse Choisy (fondatrice du groupe Psyché et du mouvement littéraire suridéalisme) – a séjourné incognito sur le mont Athos. Elle en a tiré un livre, Un mois chez les hommes, publié en 1929 aux Éditions de France. Au début de l'ouvrage, le lecteur voit deux photographies de Maryse Choisy déguisée en homme (photos suivantes) et plusieurs documents reproduits : deux sceaux, une lettre de Maryse Choisy à Joseph Delteil, avec l'enveloppe. Un an auparavant, elle avait inauguré ses enquêtes de terrain en passant quelque temps dans une maison close. Elle en avait tiré aussi un livre Un mois chez les filles (Aubier-Montaigne, 1928).
 
FotorCreated MARYSE CHOISY
 Photos: Maryse Choisy, années '20.
 
Dans les années 1930, Aliki Diplarakou, la première Miss Europe grecque, avait provoqué un scandale en violant l’interdiction avec son arrivéeau Mont depuis le bateau de son mari. Son épopée a été racontée par Time Magazine en 1953, sous le titre «The Climax of sin» (le comble du péché). Il convient de souligner que quelques mois plus tard, Diplarakou a écrit une « lettre de pénitence » aux moines du Mont Athos en suppliant pour leur pardon pour la violation d’« avaton » qui lui a coûté la détérioration de sa santé !
 
Pendant la guerre civile grecque, entre 1946 et 1949, le Mont Athos a accordé l'asile à des groupes de villageois parmi lesquels des femmes et des jeunes filles. En avril 1953, une jeune de 22 ans issue de Thessalonique, Maria Poimenidou a visité le Mont Athos, habillée en homme et a passé trois nuits aux monastères en provoquant une grande publicité et des articles à la presse locale. Suite à cet incident, le 12 juillet 1953, un décret a été voté (2623/1953) qui prévoit la peine d'emprisonnement prison pour les délinquants, pouvant aller jusqu'à un an.
FotorCreated DIPLARAKOU POIMENIDOU
 Photos: Aliki Diplarakou (gauche) années '30, et Maria Pimenidou (droite), années '50.
 
Dans les années 1990, la journaliste et écrivain grecque Malvina Karali a déclaré son opposition à l’interdiction aux femmes en essayant de pénétrer au Mont Athos. Plus récemment, en 2008, il y avait quatre femmes dans un groupe d’immigrants moldaves venant de Turquie qui s’étaient échoués au pied de la Montagne. Enfin, le 
 
La spécificité de la République du mont Athos au sein de l’État grec a été reconnue lors de l’adhésion de la Grèce à la Communauté européenne en 1981 et lors de l’entrée de la Grèce dans la zone Schengen qui garantit la libre circulation des personnes. En 2003, le Parlement européen a voté une résolution en faveur de l’ouverture du mont Athos aux femmes. 

La République monastique du Mont Athos est inscrite sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO comme un "haut lieu artistique" de "valeur universelle exceptionnelle", depuis 1988.

[écrit par Magdalini Varoucha]
boissonas oros bateau
Photo: Fred Boissonas, Aghio Oros, 1930 
 
Visiter le Mont Athos- Infos pratiques
Formalités d’entrée et de séjour au Mont Athos/ Consulat général de France à Thessalonique
Les personnes souhaitant visiter le Mont Athos doivent s’adresser au BUREAU DES PELERINS, en précisant la date d’entrée souhaitée. Pour effectuer une réservation d’entrée, envoyer une photocopie de la pièce d’identité (CNI ou passeport).
Adresse : Grafeio Proskiniton, 109 rue Egnatia, 54622 Thessalonique (responsable : M. Gikas qui parle le grec, le français et l’anglais)
Téléphone : (0030) 2310 252578
Fax : (0030) 2310 222424
Email : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Les bureaux sont ouverts du lundi au vendredi de 9h00 à 16h00 et le samedi de 9h00 à 14h00.
AUSSI: Croisières organisées départent d’Ouranoupoli avec des bateaux qui font le tour de la péninsule sans pour autant toucher le sol de la cité.
 
Liens utiles
 
Vidéos 
Les moines du mont Athos, (réalisé par Jacques Valentin), Armor Films 1960
    

banner grece hebdo migration

banner newsletter grece hebdo

  1. Interviews
  2. Cinéma grec
  3. Populaires
next
prev