Autographe photo intro missing

Costa Gavras est né en 1933 à Loutra Iraias, dans l'Arcadie. Après avoir obtenu son diplôme d'études secondaires, il s'est rendu en France, où il a étudié le cinéma à l'IDHEC. Ayant travaillé sur plusieurs films en tant que réalisateur adjoint, il réalise son premier long métrage, Compartiment Tueurs, en 1965. Son film Z en 1969, un récit fictif des événements entourant l'assassinat du député de la gauche Grigoris Lambrakis en 1963, a reçu l’Oscar du Meilleur film en langue étrangère.

Viennent ensuite une série de films à succès tels que L'Aveu (1970), Etat de Siege (1972) et Missing (1982), qui a remporté l'Oscar de la meilleure adaptation de scénario et la Palme d'or au Festival  de Cannes. Son film Music Box de 1989, inspiré d'événements réels, a remporté l'Ours d'Or au 40e Festival international du Film de Berlin.

Ses films plus récents sont Amen (2002), Le Couperet (2005), Eden à l'Ouest (2009) et Le Capital (2012). A noter également que Gavras est également président de la Cinémathèque française et fondateur de la Fondation Gan.

Lors du tournage de son dernier film, Adults in the Room, en mars 2019, Costa Gavras a été interviewé par Greek News Agenda et GrèceHebdo*. Gavras a souligné que dans son travail, il s’intéresse surtout à la place de l'homme dans la société et à son interaction avec le pouvoir et l'autorité. Au cours de sa longue expérience en tant que réalisateur et producteur de film de renommée internationale, Gavras explique ce qui constitue une politique de cinéma nationale réussie, tout en soulignant la nécessité d’un soutien solide et constant de la part de l’État. Parlant de son expérience de tournage en Grèce, Gavras constate l’impact positif des nouvelles incitations à l’investissement dans les productions audiovisuelles en Grèce.

Costa Gavras and Yves Montand in Compartiment tueurs 1965Costa-Gavras et Yves Montand, "Compartiment tueurs", 1965.

On vous décrit comme un cinéaste politique. Selon vous, est-ce que cette description reflète fidèlement votre travail ?

Cette caractérisation est faite par des journalistes, ce n’est pas mon problème. Je pense que les arts en général, et non pas seulement le cinéma, ont une fonction politique dans la société - pas dans un sens idéologique, mais en influençant notre comportement social. Aristote a dit que l'homme est un animal politique. Pourquoi un animal politique? Tout d'abord, un animal vit avec d'autres animaux dans un groupe, comme des êtres humains. La différence entre les animaux et les êtres humains est que les animaux décident seulement pour eux-mêmes, alors que les humains essaient de former des sociétés et font face à des difficultés ensemble. J’entends donc par le terme « politique » ce que nous faisons dans notre vie quotidienne ainsi que nos interactions avec le pouvoir et l’autorité. Pour moi, la politique est partout. Il ne s’agit  uniquement ni des partis politiques ni des élections, qui constituent bien sûr une partie très importante de la politique. Mes films parlent de notre place dans la société et de notre usage du pouvoir. Je crois que tous les films sont politiques, même les comédies, car ils nous offrent des moments agréables. Un moment de plaisir est important dans notre vie, tant qu’il n’est ni vulgaire, ni dégradant.

Z pappas yves montand
 Irène Pappas et Yves Montand, "Z", 1969.  

Dans votre autobiographie récemment publiée "Va où il est impossible d'aller", vous décrivez comment vous avez quitté la Grèce en raison de l'histoire politique de votre famille. Lequel de vos films reflète le plus cette période de votre vie ?

Mon père a été qualifié de communiste, alors qu’il n’était en réalité que contre la monarchie. Il avait combattu en Asie mineure, il avait vu beaucoup de ses amis perdre la vie et parce qu'il était contre la réintégration du roi Georges à la fin de la Seconde Guerre mondiale, il était accusé d'être communiste et jeté à plusieurs reprises en prison. Il avait combattu dans la résistance grecque avec EAM (Front de libération nationale), mais il n’appartenait pas au Parti communiste et n’avait pas pris part à la guerre civile grecque. Pendant cette période, je n’aurais pas pu étudier dans une université grecque. Le meilleur moyen pour moi d’étudier était de fuir à l’étranger; comme ce fut le cas en Grèce en 2010, lorsque des milliers de jeunes ont fui le pays. Beaucoup sont allés en Australie, d'autres sont partis pour les États-Unis. Je suis allé en France, car c’était le seul pays où je n’avais pas à payer de frais d’études. Mes parents n'avaient pas d'argent pour m'y envoyer, alors j'ai dû travailler pour me financer.

En ce qui concerne la période de ma vie qui se reflète dans mes films, je pense que dans chacun de mes films, il y a une part de moi en tant que jeune homme qui a vécu ce genre d’aventure. Cette expérience a définitivement influencé mon travail et mon choix de films, à la fois de manière consciente et inconsciente.

Etat Collage
Yves Montand, "Etat de Siege", 1972.

Vous avez travaillé en France, en Grèce et aux États-Unis. Dans quel pays et à quelle époque avez-vous eu le plus de liberté artistique ?

J'ai toujours senti cette liberté en France, car le système facilite ceux qui veulent faire des films. Après la fin de l'occupation allemande en France, une période pendant laquelle le cinéma français était aux mains des nazis, toute la production américaine des cinq années précédentes est entrée sur le marché du film français et a presque anéanti le cinéma français. Le gouvernement de Gaulle a décidé que la France devait avoir un cinéma national et tous les gouvernements ultérieurs ont continué sur la même voie, en trouvant des solutions à tous les problèmes rencontrés. L'avènement de la télévision était une menace pour le cinéma français, mais l'État avait aussi une réponse à cela. Le Centre national de la cinématographie (CNC) trouverait toujours des solutions et le cinéma français jouit de la liberté et du soutien de l’État. Et ce soutien ne se traduit pas seulement par l'argent; je vais vous donner un exemple. Nous, les cinéastes, avons demandé aux chaines  de télévision d’arrêter de projeter des films le samedi soir, car elles diffusaient des blockbusters américains à cette heure-là. Aujourd'hui, il n'y a plus de films à la télévision le samedi soir, et les gens sortent, regardent des films au cinéma ou vont au restaurant, au lieu de regarder des blockbusters américains à la télévision, comme c'était le cas auparavant. Nous avons également demandé que les films ne soient pas interrompus par des publicités télévisées, et une seule grande chaîne insère une pause publicitaire. Ces facilités aident la production cinématographique française. C’est pourquoi 200 films français sont produits chaque année, dont 30 par de nouveaux réalisateurs. Il y a aussi 30 à 40 films de femmes cinéastes, ce qui est également unique au monde.

clair de femmes romy
Romy Schneider, "Clair de femme", 1978.

La tragédie de la Grèce antique est récurrente dans vos films. Vos héros sont confrontés au pouvoir et à l'autorité sous ses différentes formes et perdent ou leurs victoires sont vides. Que signifie la tragédie pour vous ?

La Grèce est le lieu de naissance du drame. Les Grecs anciens ont introduit la tragédie  en tant que genre et structure. Tous les spectacles du monde suivent les règles de la tragédie de la Grèce antique et suivent la même structure que celle définie par Aristote: un début, un milieu et une fin. Dès notre naissance, nous vivons avec la tragédie. La tragédie de la vie, la tragédie de la Grèce, qui a traversé tant de tragédies… nous en arrivons à une tragédie dramatique. Pour moi, la tragédie ressemble à la vie. La vie comprend tout. Je ne comprends pas vraiment ceux qui disent que nous devrions toujours être heureux. Qu'est-ce que le bonheur signifie? Nous sommes en mesure de savourer le bonheur, car ce n’est pas quelque chose que nous vivons tous les jours. Le contraste entre les moments heureux et malheureux de la vie rend les cas de bonheur ou de malheur plus intenses.

missing 2
Jack Lemmon et Sissy Spacek, "Missing" (1982)

Et qu'en est-il du pouvoir? Le sens du pouvoir a-t-il changé ces dernières années ?

Nous vivons sous autorité depuis l'enfance; faire ceci ou ne pas faire cela… Le pouvoir peut être utilisé positivement, quand il est suivi par la raison pour laquelle quelque chose devrait être fait ou non. La pire forme d’exercice de l’autorité pour moi, c’est quand il n’y a aucune explication quant à la raison, pourquoi et comment. Nous sommes sans cesse sous l'autorité, mais nous exerçons également une autorité sur d'autres personnes. Comme je l’ai déjà dit, c’est la politique quotidienne.

Akira Kurosawa, dans sa lettre à Ingmar Bergman, affirme que les artistes atteignent leur apogée créative après 80 ans. Que pensez-vous de cela ?

Je ne sais pas ... c’est vrai que Kurosawa a continué à faire des films après avoir atteint 80 ans, mais il y a certaines conditions préalables, y compris une bonne condition physique, parce que tourner un film, c’est comme courir le marathon. Ce qui change avec l'âge, c'est l'expérience, la façon dont vous regardez les autres et la façon dont nous voyons la vie. Si la santé physique et l'expérience coexistent, vous pouvez vous attendre à des choses. Et Kurosawa avait les deux, je crois.

Jessica Lange Armin Mueller Stahl Music Box
Jessica Lange, Armin Mueller-Stahl, "Music Box" (1989)
 
Suivez-vous l'évolution du cinéma grec ?

Oui. Parfois, l’Etat aide le cinéma, d’autres pas. Les cinéastes grecs se sentent abandonnés. Il ne suffit pas d'avoir un centre national du film; une aide constante et une détermination à soutenir le cinéma grec sont nécessaires, car un film grec peut parcourir le monde et dire tant de choses sur la Grèce. Il est impératif de disposer d'un cinéma national bénéficiant d'un soutien solide et continu de l'État et d'un cadre juridique adéquat: il faudrait faciliter la tâche des cinéastes grecs dans les sites archéologiques grecs; le Centre grec du Film devrait permettre même des productions «difficiles», plus exigeantes pour le public. Le public dépasse souvent nos attentes et l'État doit générer les conditions de liberté et de soutien qui encouragent les scénaristes et les réalisateurs à créer. Il y a de nombreuses années, un ministre du Tourisme m'a demandé quels changements étaient nécessaires pour attirer les productions étrangères. Je lui ai offert mes pensées, mais rien ne s'est passé.

Actuellement, des changements radicaux sont en cours en ce qui concerne les nouvelles incitations financières et fiscales que je trouve très positives. Il est important d’attirer les producteurs étrangers, car la Grèce les intéresse. Je le sais par des discussions avec eux. Ils me disent que les choses sont difficiles en Grèce. Ces changements commencent à simplifier les choses pour les cinéastes et les producteurs. Il doit exister une relation continue entre l'État et les cinéastes. Si ces changements se poursuivent, ils apporteront de grandes améliorations à la fois pour l'économie en général et pour les cinéastes eux-mêmes.

Je dois souligner que la Grèce dispose également d'excellents équipages et techniciens. En travaillant sur mon nouveau film ici en Grèce, je travaille avec des équipes grecques et je suis vraiment émerveillé par la qualité de leur travail. Tout d’abord, je travaille avec le directeur de la photographie de renommée internationale, Yiorgos Arvanitis, qui dispose d’un équipage extrêmement compétent. L'unité de son est également excellente et il en va de même pour les décors de films. Tous les équipages grecs avec lesquels je travaille parlent anglais; ils sont toujours préparés et hautement qualifiés. Il n’est donc pas vrai qu’il n’ya pas d’équipes de cinéma et de techniciens qualifiés en Grèce.

Il existe de petits pays dotés de cinémas nationaux puissants, tels que la Suède ou l’Israël. Si les petits pays peuvent le faire, pourquoi pas nous ?

eden
Riccardo Scamarcio, "Eden à l'Ouest", 2009.

Après coup, pensez-vous que l'ère d'or du cinéma européen est révolue? Êtes-vous optimiste quant à la production cinématographique contemporaine ?  

La production cinématographique connaît actuellement des changements révolutionnaires, dont nous n’avons vu qu’une fraction, la partie numérique. Notre façon de penser aux films, notre façon de faire et de visionner les films changent. La façon dont les films sont produits est en train de changer. Cela va dans les deux sens; les grandes entreprises financent des films mais elles imposent de grandes limites à leur distribution, en ce sens que les films ne peuvent être disponibles que sur les réseaux de télévision. Si cela continue, les grandes entreprises disposeront de plus en plus de pouvoir qui leur permettra de choisir quels films seront réellement produits et lesquels ne le seront pas. Nous devons résister farouchement à cela en Europe. Pas le système, car le système existe et, d’un certain point de vue, a un côté positif, en ce sens qu’il offre aux personnes vivant dans des zones n’ayant pas accès aux salles de cinéma la possibilité de visionner des films dans le confort de leur foyer. Ce qui est négatif, c’est que ce système peut prendre le contrôle de la production cinématographique mondiale, menaçant le cinéma personnel et national. Mais le système ne s'en soucie pas; il ne s'intéresse qu'au box-office. Ils pensent avoir la recette de films à succès commercial, ce qui aura de mauvaises conséquences pourla réalisation des films.

La notion de cinéma national et européen doit être fortement soutenue. Nous faisons souvent appel à J.-C. Juncker à propos des actions et des mesures à prendre dans cette direction. Le cinéma fait partie du grand chemin menant à la coopération pacifique de l'UE. En disant que nous avons besoin du cinéma européen, je pense au financement et à un cadre juridique, car le cinéma est d'abord personnel, national et peut devenir européen. L'Europe doit adopter une attitude très positive envers le cinéma et nous travaillons dans ce sensen France.

José Garcia and Karin Viard in Le couperet
José Garcia et Karin Viard, "Le couperet", 2005.

Voulez-vous nous dire quelques mots sur votre travail à la Cinémathèque Française ?

Dans le contexte de la conservation des films en France, des efforts ont été faits pour préserver et conserver les films muets (qui n'étaient jamais vraiment silencieux, mais ça, c'est une autre question). Henry Langlois, fondateur et ancien directeur de la Cinémathèque, a commencé à sélectionner du matériel cinématographique et non cinématographique (scénarios, etc.). En venant au présent, on m'a demandé de devenir le président de la Cinémathèque avec son vaste matériel. Nous prévoyons de créer un musée du film européen et nous essayons de trouver le financement nécessaire pour cela. Ce projet est mené par la Cinémathèque française mais il s’agit d’un musée européen, car nous avons une vaste collection en réserve qui devrait être exposée. Les jeunes devraient en savoir plus sur l'histoire du cinéma et sa fonction éducative dans la société contemporaine. Le cinéma nous a aidés à entrer en contact avec d'autres cultures, comme c'est le cas avec Kurosawa, que vous avez mentionné précédemment. Lorsque les films grecs voyagent à l’étranger, ils informent le public étranger sur le mode de vie et le mode de pensée de la Grèce, c’est pourquoi le cinéma grec est si important.

Pour en revenir à la raison d'être d'une cinémathèque, son objectif devrait être de projeter autant de films que possible, et non pas seulement de les sauvegarder. Chaque année à la Cinémathèque française, nous projetons environ 2 200 films; cela signifie projeter quatre à cinq films par jour. Parfois, nous avons un large public, d'autres, nous avons moins de monde. C’est ce à quoi sert la Cinémathèque.

capital last
Gad Elmaleh, "Le Capital", 2012. 

Une dernière question; craignez-vous que le divertissement à domicile puisse remplacer les projections de cinéma ?

Il y a toujours ce risque, mais on a dit la même chose du théâtre, qui est toujours là après 2,500 ans. Le cinéma n'a que 120 ans. Je crois que cela va continuer, pour les raisons que j'ai expliquées plus tôt.

* Interview réalisée par Florentia Kiortsi (Greek News Agenda) et Kostas Mavroidis (GrèceHebdo). Traduction de l'anglais par Nicole Stellos.

 A LIRE AUSSI:  
 
A REGARDER
 
gavras
Costa Gavras. Source: Cinémathèque
M.V.
 
 

 

banner grece hebdo migration

banner newsletter grece hebdo

  1. Interviews
  2. Cinéma grec
  3. Populaires
next
prev