kretsosfest1

«La Grèce est maintenant entrée dans la carte mondiale des pays offrant des avantages financiers et attire l’intérêt des producteurs. Nous verrons bientôt de grandes productions dans notre pays, à condition que nous réglions rapidement les problèmes de bureaucratie; il n'y a pas de place pour la complaisance », a souligné Lefteris Kretsos, Secrétaire d’État  à  la politique numérique, aux télécommunications et à l'information, dans son interview avec le journal Nea Selida (1er septembre 2018)

Lefteris Kretsos est titulaire d'un doctorat en relations de travail et jusqu'à sa nomination au poste de secrétaire général pour les médias et la communication, il était maître de conférences en Relations de travail et Gestion des ressources humaines à l'Université de Greenwich (Greenwich Business School, Département des ressources humaines et du comportement organisationnel). Lors du remaniement récent du gouvernement, il a été nommé Secrétaire d’État. Dans son interview avec Katerina Akrivopoulou, il a notamment parlé des politiques du gouvernement grec visant à attirer des investissements dans le domaine de la production audiovisuelle en Grèce.

Le secteur audiovisuel est votre point focal. Au cours de la dernière année, vous avez régulièrement écrit- en tant qu’ universitaire ou homme politique ou les deux - sur ce secteur, affirmant que c’est un domaine très prometteur dont la Grèce pourrait avoir de multiples avantages.

Je pourrais commencer à parler de l'industrie audiovisuelle et ne jamais m'arrêter. Il s’agit d’une branche d’activité économique en pleine croissance qui intègre de nouvelles technologies et s’élargit continuellement à l’échelle mondiale avec des chiffres d’affaires astronomiques, ouvrant de nouveaux champs à la création artistique. C’est l’industrie ayant le plus fort effet multiplicateur et valeur ajoutée, couvrant plus de 150 catégories professionnelles et un domaine où les taux de participation des jeunes et des femmes sont très élevés.

Comment les développements technologiques et l'environnement institutionnel affectent-ils l'industrie audiovisuelle?

L’Internet est désormais le principal vecteur et le principal moyen de transmission des contenus audiovisuels et, compte tenu de sa portée mondiale, il réclame de plus en plus de contenus quantitatifs et qualitatifs dans le contexte de la concurrence. Vous êtes évidemment conscient du fait qu’au niveau de l’Union européenne, il est désormais obligatoire de produire une partie du contenu disponible sur le territoire européen en Europe; quel que soit le mode de transmission - que ce soit dans les cinémas, à la télévision ou sur le Web. La Grèce, par l’intermédiaire du Secrétariat General aux Medias & à la Communications’est efforcée de parvenir à ce règlement, nous avons travaillé de manière systématique et nous nous préparons maintenant à en retirer des avantages. Ainsi, l’Europe, qui n’était qu’un consommateur de contenu audiovisuel produit par les grands studios américains, est devenue un producteur et une attraction majeure pour les investissements.

Et cela nous amène à la question de savoir si nous pouvons et devons produire et attirer des productions étrangères dans notre pays. Tout le monde, bien sûr, connaît la réponse, mais il est temps d'agir: prendre le paysage grec et notre histoire en voyage sur toutes les plateformes disponibles; exporter de la fiction grecque de qualité et apporter des investissements étrangers, en utilisant les ressources humaines formées et spécialisées et le talent dont nous disposons. Dans ce domaine, la Grèce dispose d’un avantage concurrentiel, mais elle n’a pas bénéficié des incitations à la production et du cadre réglementaire régissant la bureaucratie.

Et est-ce que tout est prêt maintenant? La Grèce est-elle en mesure d’accueillir de grandes productions? L'incident de Sounion, il y a quelques mois, n'est-il pas arrivé lorsque la BBC n'a pas pu franchir les portes closes, un événement honteux diffamant le pays?

Ce fut un moment malheureux mais finalement tout s’est bien passé et nous serons très fiers lorsque la série de la BBC sera diffusée dans des dizaines de pays, affichant la beauté et la culture naturelles de notre pays. Nous attendons certainement une collaboration plus substantielle avec le ministère de la Culture, qui est responsable de la délivrance des autorisations de tournage sur les sites archéologiques. Je suis sûr que nous aurons une coopération productive.

La Grèce est maintenant entrée sur la carte mondiale des pays offrant des incitations financières et attire maintenant l’intérêt des producteurs. Nous verrons bientôt de grandes productions dans notre pays, à condition que nous réglions rapidement les problèmes de bureaucratie; il n'y a pas de place pour la complaisance.

Or, comme c'est le cas ailleurs, un investissement réalisé dans notre pays par une société de production nationale - ou par une société étrangère en coopération avec une entreprise nationale - peut demander le remboursement de 25% de son investissement. Il convient de noter qu'en Europe, cette incitation est offerte dans la plupart des pays, avec des rendements compris entre 20% et 45% des coûts éligibles. Ainsi, nous allons bientôt procéder à une augmentation du taux de subvention de 25% à 35%.

À ce jour, quinze demandes ont été déposées pour des productions audiovisuelles, six ont déjà été approuvées et neuf sont en phase d'évaluation finale.

L'industrie audiovisuelle et ses acteurs constitueront un moteur essentiel de la croissance dans la Grèce après le mémorandum.

 

Traduction de l'anglais: Nicole Stellos

banner grece hebdo migration

banner newsletter grece hebdo

  1. Interviews
  2. Cinéma grec
  3. Populaires
next
prev