Annamaria Simonazzi est professeure de l’économie à l’Université Sapienza à Rome où elle enseigne l’histoire de l’analyse économique et l’ économie politique. Avec  Rafael Muñoz de Bustillo ont assisté au colloque organisé par l’ Institut  Nicos Poulantzas  et Tranform Europe les 23-25 novembre ayant comme titre « Ιnégalités, néoliberalisme et intégration européenne : des questions à apporter». Les deux universitaires ont été interviewés par «Quo Vadis Europa?»  à propos de leurs interventions au colloque concernant les classes moyennes en Europe du Sud.

BeFunkyCollage

Comment la crise et les mesures d'austérité qui ont suivi ont-elles affecté les classes moyennes en Espagne et en Italie?

Annamaria Simonazzi: En Italie, la stagnation économique avait commencé bien avant la crise; le marché du travail était sévèrement segmenté, avec un taux très élevé de jeunes ayant des contrats atypiques, des emplois précaires ou des chômeurs. Ainsi, avant la crise, les angoisses des classes moyennes étaient principalement liées au sombre avenir de leurs enfants. La crise a propagé les problèmes du chômage à tous les groupes d'âge et les classes moyennes n'ont pas été épargnées. La possibilité d'un avenir sombre pour les enfants est maintenant complétée par un présent aussi inquiétant pour les adultes de la famille. Le chômage et la baisse du revenu de travail qui en découle est la principale raison expliquant les poussées d'inégalité qui se sont produites en Italie ces dernières années, affectant particulièrement les classes moyennes inférieures.

Rafael Muñoz de Bustillo: L'impact de la crise sur la classe moyenne en Espagne (définie comme la population avec un revenu équivalent de 80% à 200% du revenu médian) est double: d'une part il y a eu une réduction de la taille de la classe moyenne, comme beaucoup ont glissé vers le bas de l'échelle des revenus pour être absorbés par les classes à faible revenu. En termes relatifs, nous estimons cette réduction à 5%. D'autre part, en tant que classe, après la crise, la classe moyenne est plus pauvre, avec une réduction de 4,5% du revenu qu'ils commandent (sur un revenu total déjà inférieur à cause de la baisse du PIB, 5,8% de moins entre 2008 et 2011).

La classe moyenne a également été affectée par l'énorme augmentation du chômage liée à la crise, puis aux mesures d'austérité prises après mai 2010 - lorsque la politique keynésienne contra-cyclique appliquée jusqu'alors par le gouvernement social-démocrate (PSOE) a été transformée en politique de consolidation budgétaire pour faire face à la crise de la dette, ce qui se traduit par un taux de chômage atteignant 26% en 2013.

En outre, les mesures d'austérité ont eu un effet négatif sur de nombreux services publics tels que la santé, l'éducation ou les retraites, des services étroitement liés aux aspirations de la classe moyenne telles que les soins de santé et  l'éducation universitaire.

Les typologies classiques des régimes de l'État-providence (par exemple, la classification des États-providence par Esping-Andersen comme libérale, conservatrice et sociale-démocrate) expliquent-elles aussi les différences d'inégalité de revenu entre les pays de l'UE? Certains auteurs ont soutenu qu'il existe un quatrième type d'État providence: l'Europe du Sud, partagée par l'Italie, l'Espagne, le Portugal et la Grèce. Voulez-vous faire un commentaire à ce sujet?

Annamaria Simonazzi: L'État-providence méditerranéen est principalement basé sur la famille afin de compléter une prestation de services très inégale. Des tentatives timides ont été faites dans divers pays (en Italie aussi) pour accroître le rôle de l'Etat et étendre la couverture des services sociaux au-delà des retraites (soins de longue durée, soins aux enfants, aide à la pauvreté), mais ceux-ci, pour la plupart, ont été annulés par la crise fiscale.

Rafael Muñoz de Bustillo: En général, il existe une relation inverse entre la taille de l'État-providence (dépenses sociales en pourcentage du PIB) et l'inégalité des revenus. L'Espagne, par exemple, est l'un des pays de l'UE où l'inégalité des revenus est la plus élevée, mesurée par l'indice de Gini, en raison de l'augmentation des inégalités pendant la crise. Mais il est intéressant de noter que le niveau d'inégalité plus élevé n'est pas le résultat d'une inégalité plus élevée au niveau du marché, c'est-à-dire du revenu du marché, mais résulte du faible pouvoir de redistribution du maigre Etat providence existant dans le pays.

Quant à l'existence d'un quatrième modèle d'État providence, bien que je pense que les pays méditerranéens partagent certains éléments, comme le niveau inférieur des dépenses sociales en pourcentage du PIB, je ne pense pas qu'ils se conforment à un “modèle”. Par exemple, le clientélisme, censé être l'un des éléments d'un tel modèle, est totalement absent en Espagne, alors que dans certains domaines, comme la santé (ou les retraites), le système social espagnol est parfaitement comparable aux systèmes en place dans les pays scandinaves: universel, assez efficace, etc. La seule différence, encore une fois, est le pourcentage inférieur du PIB alloué aux services.

empoderamiento L Y5oVqj

Les classes moyennes sont définies non seulement par leur revenu, mais aussi par leurs aspirations. Quel est l'effet du sentiment généralisé de vulnérabilité et d'insécurité parmi les classes moyennes aujourd'hui? Comment est-ce lié à la montée du populisme et du nationalisme?

Annamaria Simonazzi: Le sentiment généralisé de vulnérabilité dû à l'état de l'économie a certainement contribué au passage au populisme et à un sentiment croissant contre l'immigration, bien que les femmes migrantes représentent l'épine dorsale du système de soins aux personnes âgées, et les hommes migrants soutiennent une grande partie de l'agriculture et de la construction. En Italie, la colère est dirigée plus vers la classe politique, exprimée sous la forme de soutien aux partis "populistes" ou en ne votant pas.

Rafael Muñoz de Bustillo: La crise a gravement affecté les revenus, mais plus que cela, elle a affecté les attentes sur la stabilité de l'avenir, tout peut arriver, rien ne peut être tenu pour acquis (même pas l'unité du pays, comme en témoigne la crise catalane). On s'inquiète de plus en plus de la possibilité pour les enfants des milieux moyens d'accéder au statut de classe moyenne. On s'inquiète de plus en plus de la capacité de l'État à honorer ses compromis en matière de retraites, de santé, etc.

Il semble que le soi-disant “modèle social européen” soit menacé partout en Europe. Les politiques progressistes peuvent-elles être maintenues dans les circonstances actuelles? Sous quelles conditions?

Annamaria Simonazzi: Autant que je sache, le modèle de bien-être nordique résiste encore (bien qu'avec quelques cicatrices): il repose sur un taux d'emploi élevé (masculin et féminin) qui est indispensable pour payer les services publics via la fiscalité, et les relations industrielles visent à faciliter la transition vers de nouvelles technologies - ce qu'on appelait autrefois la "route vers la croissance" avec l'égalité. Bien sûr, les pays ayant un niveau de développement inférieur et partageant une monnaie commune avec des partenaires plus solides se heurtent à des difficultés beaucoup plus grandes pour emprunter la voie de l'emploi élevé. Le processus d'assainissement budgétaire et le niveau élevé de la dette limitent considérablement leurs options.

Rafael Muñoz de Bustillo: Certainement. Ils peuvent être soutenus aussi longtemps que la corrélation des forces politiques le permet. Ce n'est pas un problème de viabilité économique du modèle, mais un problème d'avoir la force politique nécessaire pour allouer suffisamment de ressources économiques pour le rendre durable à l'avenir. Cela peut être fait dans un espace économique comme l'UE, mais, encore une fois, seulement s'il existe une coalition de pays suffisamment importante pour réviser le type de politiques adoptées par le passé.

ANISOTHTES FB event EN small

 
Propos recueillis par Ioulia Livaditi. Traduit par Nicole Stellos.
L'interview en anglais sur GreekNewsAgenda

banner grece hebdo migration

banner newsletter grece hebdo

  1. Interviews
  2. Cinéma grec
  3. Populaires
next
prev