oik c01
Le cinéaste Yannis Economides.
 
Le soleil ne brille jamais pour les personnages du film de Yannis Economides. Les prolétaires ("Lumpenproletariats") étouffant dans de petits appartements, livrés à leur destin et à leurs instincts, incapables de réfléchir sur les conditions de leur propre existence. Economides dit qu'il les aime, mais pourquoi les met-il dans des situations extrêmes?
 
Yannis Economides est né à Limassol, Chypre. En 1987, il s'installe à Athènes pour étudier le cinéma. Après avoir réalisé des courts métrages et des documentaires, il écrit et réalise son premier long métrage, "Matchbox" (2002). Son deuxième long métrage, "Soul Kicking" (2006) et son quatrième long métrage "Stratos" (2014) ont été présentés en première au Festival de Cannes et au 64e Festival international du film de Berlin. Son troisième film, "Knifer" (2010), a remporté sept prix de L’Académie de Film hellénique,  dont celui du meilleur film, du meilleur réalisateur et du meilleur scénario. Chacun de ses quatre films a reçu le prix de l'Association grecque des critiques de cinéma pour le meilleur long métrage grec. En octobre 2016, il a fait ses débuts au théâtre à la Nouvelle Scène  du Théâtre National d'Athènes, en dirigeant sa propre pièce "Sleep, Stella, Sleep". Il est apparu comme acteur de soutien dans plusieurs films grecs, dont le dernier film de Fatih Akin, "In the Fade" (2017). Il prépare actuellement un nouveau film, "Ballade pour un cœur transpercé".
 
GrèceHebdo reprend ici l’interview de Yannis Economides accordée à Greek News Agenda*. 
 
Vos héros représentent des cas extrêmes?
 
Je ne pense pas que ce soit des cas extrêmes; ce qui est extrême, ce sont les circonstances dans lesquelles je les ai mises. Ils représentent le grec moyen à l'envers, et ce qu'il a fait de sa vie et de son pays.  Je mets mes personnages dans des situations extrêmes pour les éclairer, pour exposer à travers ces situations extrêmes la façon dont ils pensent, comment ils se sentent et leurs côtés sombres, voilà ce qui m'intéresse particulièrement.
 
Matchbox errikos Litsis 2002Errikos Litsis, Matchbox (2002).
 
Comment construisez-vous ces personnages et quelles sont les raisons de leur mauvais jugement et de leur misère?

Je construis mes personnages en observant les gens autour de moi. Je ne suis pas intéressé par les raisons pour lesquelles quelque chose se passe autant que ce qui vient après. En tant qu'artiste, je travaille avec la condition humaine, la nature humaine. Les ténèbres de l'âme humaine ont toujours été présentes. Il n'y a pas de raison pourquoi. C'est ainsi que sont les êtres humains et la jalousie, la haine, l'arrogance, et l'avarice sont des faits archétypaux de la nature humaine. J'essaie de faire la lumière sur la version grecque de tout cela.
 
Dans vos films, vous travaillez beaucoup sur la déconstruction de l'institution familiale traditionnelle, source de névroses. Quelles sont les maladies de la famille grecque qui en font un lieu d'oppression?

En fait, pour moi, la famille grecque est un prétexte. C'est la toile sur laquelle je dessine ma composition dramatique pour représenter les ténèbres humaines. Je ne fais pas de cinéma social. Mes films traitent des humains et des profondeurs de leurs âmes. J'essaie de suivre un parcours shakespearien de personnages et de dramaturgie. Les critiques peuvent voir différentes choses dans mon travail. La famille est ce qu'elle est. Je ne suis pas intéressé par l’analyse de la façade des Grecs contemporains. Ce qui m'intéresse, c'est comment les gens évoluent dans cet environnement à travers ce qui leur arrive.
 
maxairovgaltis Kehagioglou
Maria Kehagioglou, Souls Kicking (2006).
 
Qu'en est-il des personnages féminins dans vos films? Habituellement, ils mettent l'intrigue en mouvement, ils sont aussi fâchés que les personnages masculins. Comment fonctionnent-ils dans vos films?

Il est évident que dans mes films il n'y a pas de Vierge Marie ou le modèle démodé de la femme qui se sacrifie ou qui se soumet, qui existait il y a quelques décennies. Elles sont dynamiques dans un mauvais sens et leur particularité est que, pour survivre dans le monde des hommes, elles favorisent le comportement des hommes; C'est ce qui arrive aux femmes du monde occidental. Elles sont agressives. Je ne juge pas. Puisque les femmes ont un rôle égal dans la société, au moins dans les sociétés occidentales, elles ont choisi d'adopter un comportement masculin. Ce n'est pas mon travail d'examiner ou d'évaluer cela. Je suis intéressé par ce que cela génère; et son produit est la violence, ce qui est nécessaire pour que la vie continue. Je ne juge pas mes personnages féminins. Elles sont piégées et elles doivent trouver des moyens de survie à partir de ce qui les entoure. Elles vont soit se soumettre et mourir, soit trouver une issue. C'est comme ça.
 
stratos 2014 yannis economides 02 932x390
 Vicky Papadopoulou et Vagelis Mourikis, Stratos (2014).
 
Vous avez développé votre propre style cinématographique réaliste distinct, dialogues de signature, expérimentation avec forme de film; vous avez développé votre cadre de film de "Matchbox" à "Stratos". Souhaitez-vous élaborer sur les traits qui distinguent votre expression cinématographique?

J'aime la façon dont vous le décrivez. Ce qui est crucial pour moi, c'est la représentation exacte de la réalité, telle que je la comprends. J'essaie de construire une histoire comme cela se passerait dans le monde réel. J'ajoute de l'humour et des personnages extraordinaires dans l'intrigue, les dialogues de signature que vous avez mentionnés, mais il y a toujours un principe à respecter: le réalisme. Je ne fais pas de films appartenant à une sphère irréelle, qui ne sont pas liés au public, peu importe le contexte social du spectateur. Il y a aussi un trait distinctif dont je suis particulièrement fier et c'est l'amour avec lequel j'embrasse tous mes personnages. Je vois mes personnages avec amour, qu'ils soient bons ou mauvais. Je ne les examine pas comme des cobayes dans un laboratoire froid, je n’expérimente pas non plus avec eux. J'essaie de recréer ce qu'ils traversent. Et c'est peut-être la raison pour laquelle les acteurs se libèrent et mettent ce supplément qui est gravé sur le film.
 
Il y a des personnages dans vos films, tels que les jeunes sur le lieu de travail dans "Soul Kicking" qui sont violents, racistes et aveugles en ce qui concerne leur propre existence, et c'est peut-être là que viennent les adeptes de l'extrême droite.
 
C'est une observation très précise. Dans mes films, j'avais prédit que l'énergie gaspillée de ces jeunes est sur le point de trouver et de s'intégrer dans le moule idéologique de l'extrême droite. Ils sont piégés dans un travail sans issue, toute l'énergie de leur jeunesse est en train de disparaître. Ils pourraient travailler ailleurs et être utiles, être heureux, mais ce n'est pas le cas. Ils travaillent là où ils travaillent, ils sont malheureux et ils doivent trouver un bouc émissaire pour leur misère.
 
Soul Kicking
 Soul Kicking (2006).
 
Quel est le rôle de la ville dans vos films?

Dans mes premiers films, c'est décisif. La ville provoque l'étouffement au moins dans mes deux premiers films "Matchbox" et "Soul Kicking" d'une manière implicite et réfléchie sur les personnages. Après le "Knifer", j'ai élargi mon cadre en faisant entrer la petite ville grecque dans la discussion. Alors oui, le rôle de la ville est décisif. Je devrais préciser que je ne suis pas intéressé par les contes de moralité. Depuis mon premier film, j'essaye de plonger au plus profond de mes personnages. Je ne sous-estime pas les contes de moralité, qui est un genre avec ses propres difficultés, et je respecte énormément l'ethnographie poétique d'Otar Ioseliani, mais mon travail est différent.
 
Vous avez dirigé pour la deuxième année consécutive sur la Nouvelle Scène du Théâtre National d'Athènes votre propre pièce "Sleep, Stella, Sleep". La transition entre les conventions cinématographiques et théâtrales a-t-elle été difficile?
 
Ce fut une expérience formidable pour moi. C'était la première fois que je travaillais au théâtre, j'ai eu la chance de travailler avec un groupe d'acteurs incroyable et on m'a offert la liberté d'expression. Le théâtre est beaucoup plus direct. C'est libérateur que vous n'ayez pas à passer par l'épreuve de trouver du financement. C’est beaucoup plus facile de monter une pièce de théâtre.
 
stella koimisou "Sleep, Stella, Sleep", Théâtre National d'Athènes (2017).
  
Vous avez mentionné les difficultés de financement. Est-ce que le fait que vous soyez un cinéaste établi vous facilite l'accès au financement?

Les choses restent les mêmes, à la fois en Grèce et à l'étranger. Faire un film n'a jamais été facile. Dans l'ensemble, les choses se compliquent chaque année, non seulement en Grèce mais aussi en Europe. Il est difficile de trouver du financement, en particulier pour un film grec, avec des acteurs grecs, tournés en Grèce et selon certaines normes.
 
Vous êtes un pionnier au sein d'une génération de réalisateurs que les critiques ont décrite comme la renaissance du cinéma grec, un cinéma subversif qui a fait entrer le cinéma grec dans l'arène international.
 
Et alors? Le cinéma grec n'a aucun impact dans la société grecque. Les films grecs ne constituent pas un fait social et politique pour les Grecs, comme c'était le cas avec les films d'Angelopoulos et de Voulgaris dans les années 70. Leurs films ont été discutés par les étudiants, les mouvements et le public. Dans les années 70, le cinéma était quelque chose qui concernait la société grecque, ce n'était pas quelque chose en dehors de cela. Les Grecs contemporains se fichent du cinéma grec. Ce n'est pas la même chose pour le théâtre grec, qui a son public et qui est vénéré par les Grecs. Et ce n'est pas la faute du public. C'est la faute des cinéastes. Ils n'ont pas réussi à engager le public et gagner sa confiance et son respect. Le public est perdu dans ses propres problèmes et luttes. Je ne sais pas quel genre d'histoires les cinéastes contemporains veulent raconter. Je ne sais pas s'ils ne s'intéressent qu'aux festivals de films internationaux. Par exemple, pourquoi la majorité des films grecs ont-ils un titre en anglais? Cela n'arrive pas avec d'autres pays. C'est bien de trouver un titre en anglais quand votre film va à un festival à l'étranger, mais pourquoi faire un film grec, en langue grecque, avec un titre en anglais? Est-ce que les dramaturges acclamés comme Dimitris Kechaidis ou Giorgos Dialegmenos donneraient un titre anglais à leurs pièces? De temps en temps, il est utile d'utiliser un titre en anglais, comme c'est le cas avec «Arizona Dream» de Vassilis Katsikonouris, mais cela ne devrait pas devenir la règle. L'authenticité est nécessaire si la société grecque doit être ébranlée et émue. Donc, pour être honnête, je ne vois pas l'intérêt de gagner des prix aux festivals. Le problème pour moi c’est que les films aient un impact sur la communauté, dans la vraie vie. Il est maintenant temps pour les artistes de faire valoir leur point de vue; si pas maintenant, alors quand?
 
* Propos recueillis par Florentia Kiortsi | Traduction: Nicol Stellos

M.V.

banner grece hebdo migration

banner newsletter grece hebdo

  1. Interviews
  2. Cinéma grec
  3. Populaires
Quo Vadis Europa? | Annamaria Simonazzi et Rafael de Bustillo sur les classes moyennes en Europe du Sud
Interview | Le cinéaste Yannis Economides sur la poétique des ténèbres humaines
Thomas Maloutas:  Un Atlas social pour Athènes
Interview | Hervé Georgelin:  La fin de Smyrne, du cosmopolitisme aux nationalismes
next
prev