Reconnu et apprécié pour son style mêlant un univers lyrique flamboyant avec des réflexions théologiques et métaphysiques, Olivier Py est une figure notable du paysage théâtral d’aujourd'hui. Acteur, poète, metteur en scène et homme engagé dans la cité, Py, prend tous les chemins de recherche possibles, politiques ou poétiques, pour rencontrer le présent et tenter de lui donner un sens. Dans cette perspective, la parole vivante joue chez lui un rôle essentiel. Son succès est visible à travers les hautes responsabilités qui lui ont été confiées. En effet de 1998 à 2006, il dirige le Centre dramatique national d’Orléans et ensuite le Théâtre de l’Odéon à Paris de 2007 à 2012. Son départ provoqué par Frédéric Mitterrand, Ministre de la Culture à l’époque a suscité une telle polémique dans le monde du théâtre qu’à peine une semaine plus tard il était nommé directeur du Festival d’Avignon.

Olivier Py Promitheas Desmotis Site 4

Photo/Source:Festival d'Athènes et d'Épidaure

Fils de la décentralisation depuis 1947, le Festival d’Avignon décide d’aller au-delà de ses remparts physiques et symboliques. Suite au succès d’Othello de Nathalie Garraud et d'Ubu d’Olivier-Martin Salvan, l’itinérance se poursuit avec Prométhée Enchaîné et Les Suppliantes, d’Eschyle. Ainsi, le petit théâtre d’Épidaure s’ajoute à la liste des lieux qui dessinent une nouvelle cartographie et nous rend accessible le Festival d’Avignon dans cet espace unique les 4 et 5 août 2017.

Prométhée Enchainé et Les Suppliantes
Trois acteurs rompus au tragique -Philippe Girard, Frédéric Le Sacripan, et Mireille Herbstmeyer- jouent, sans effets ni décor, les dieux et les Suppliantes, les rois et les vieillards, l’océan et les foules.
Selon le mythe, Prométhée est condamné par Zeus pour avoir offert aux hommes les arts et le feu. Prométhée incarne la désobéissance, la remise en cause de l’ordre établi et le rempart face à la parole des puissants.
Les Suppliantes est probablement la tragédie la plus ancienne d’Eschyle. Sa forme est simple et le chœur joue le premier rôle. Les filles de Danaos (les suppliantes), pour ne pas épouser les fils d'Egyptos, leurs cousins, quittent l'Égypte avec leur père et vont chercher un refuge à Argos, pays d'origine de leur père. Dans les deux pièces, Eschyle parle de la folie du pouvoir, de la place des femmes au sein de la société, de l’octroie de l’asile, du souvenir des morts, de la puissance des images, et de l’insurrection dans un monde ancien qui est pourtant déjà le nôtre.

Olivier Py Promitheas Desmotis Site 6

Photo/Source:Festival d'Athènes et d'Épidaure

Eschyle
Eschyle (525-456 avant J.-C.) est le plus ancien des trois grands tragiques grecs avec Sophocle et Euripide. Marqué par les batailles de Marathon et Salamine auxquelles il participa, Eschyle est à la fois le chroniqueur, le poète et le promoteur de la démocratie athénienne. De son œuvre nous sont parvenues une trilogie à savoir L’Orestie, et quatre pièces, aujourd’hui réunies par Olivier Py dans «Eschyle, pièces de guerre». L’intrigue simple laisse la place au récit des héros, à l’expression de l’attente et au lyrisme.
 
Prométhée Enchainé et Les Suppliantes|Petit théâtre d’Épidaure|4 et 5 août
Texte français et mise en scène: Olivier Py
Représentations en français avec des surtitres en grec et en anglais
Collaboration artistique et costumes: Pierre-André Weitz
Avec Philippe Girard, Frédéric Le Sacripan, Mireille Herbstmeyer
Production: Festival d’Avignon - Création 2016 / Avec le soutien de l’institut français de Grèce

Lire plus: "Epidaurus Lyceum": École estivale internationale sur le drame antique, Olivier Py: la langue, la religion, Athènes et autres histoires, Athènes et Epidaure Festival 2017: juvénile, alternative, politique

E.A.

banner grece hebdo migration

banner newsletter grece hebdo

  1. Interviews
  2. Cinéma grec
  3. Populaires
Quo Vadis Europa? | Annamaria Simonazzi et Rafael de Bustillo sur les classes moyennes en Europe du Sud
Interview | Le cinéaste Yannis Economides sur la poétique des ténèbres humaines
Thomas Maloutas:  Un Atlas social pour Athènes
Interview | Hervé Georgelin:  La fin de Smyrne, du cosmopolitisme aux nationalismes
next
prev