karras
 
J'ai lutté des années entières
pour fabriquer ce poème
 
toute la nuit j'écrivais
ce démon au petit matin
mangeait les mots
 
puis un beau jour sonne à ma porte
un oiseau tout blanc
 
si tu n'y emmures pas quelqu'un
le poème ne tient pas
n'y emmure pas un critique
ou un lecteur subtil
 
mais de l'inspiration sauvage
la fille si belle
qui vient mettre le feu
puis repart en laissant
au maître maçon un tas
de débris brûlés à retaper
 
puis il a disparu
 
et moi je suis resté sans voix
à contempler le papier
arche de pont profonde
où étincelait provocante
la bague
 
 

Traduction du grec : Michel Volkovitchsource

Peinture: Christos Karras ''Les pigeons''  (source: nikias.gr)

Le poème original en grec sur notre page facebook