poe8dec17
 
Aris le Grec, mort il y a des siècles
Les rossignols et les forêts ombreuses s’en souviennent
Les vieux fusils et les nuages
Une humble brise de mer est venue
Du large
Il a embrassé ses os et chanté.
Époux du combat.
Il a crucifié sa vie sur sa jeunesse
En un lieu d’oliveraies et de mer
Compagnon et citoyen,
Toi qui tiens la barre vogue vers
La victoire,
Pense à Aris, comme il te ressemblait,
C’est pour toi qu’il est mort.
 
Traduction: Kostas Nassikas et Démosthène Agrafiotis ‘’Anthologie de la poésie grecque 1975-2005’’ Ed. L’Harmattan
Peinture: Alekos Fassianos “Battements d’ ailes”
Le poème original en grec sur notre page facebook

banner grece hebdo migration

banner newsletter grece hebdo

  1. Interviews
  2. Cinéma grec
  3. Populaires
next
prev