SOLEIL D ORVasileiou Spyrosnikias
 
Nous, donc, nous n’avons jamais
Marché en terrain sûr.
Nous, nous n’avons jamais goûté
Une journée souveraine.
D’éternelles urgences pèsent sur nous.
Nos amours, la mort les avait aimées
Avant leur naissance.
Et nous, nous étions insolents en espérant,
Nous sortions de notre rang
En élevant de papiers.
Même nos petites joies, un malentendu.
La fête au loin.
Très loin, comme une trouble éventualité;
Comme une cité au-dessus de la mer.
 
Cette vie n’était pas, semble-t-il, à notre mesure.
 
Traduction © Marie-Laure Coulmin Koutsaftis, Anthologie: Ce que signifient les Ithaques, 20 poètes grecs contemporains, 2013]
Peinture:  Spyros Vasileiou ‘’Soleil d’or’’
Le poème original en grec sur notre page facebook

banner grece hebdo migration

banner newsletter grece hebdo

  1. Interviews
  2. Cinéma grec
  3. Populaires
Quo Vadis Europa? | Annamaria Simonazzi et Rafael de Bustillo sur les classes moyennes en Europe du Sud
Interview | Le cinéaste Yannis Economides sur la poétique des ténèbres humaines
Thomas Maloutas:  Un Atlas social pour Athènes
Interview | Hervé Georgelin:  La fin de Smyrne, du cosmopolitisme aux nationalismes
next
prev