À Elèni Khalkoùssi
 
00kottismarinLa brume tombe avec le soir.
Le bateau phare est hors de vue.
Sans m'avertir tu es venue
à la timonerie me voir.
 
Vêtue tout en blanc, tu ruisselles.
Je tresse en corde ta toison.
Dunedin. En cette saison,
la pluie sans cesse vous harcèle.
 
Le soutier, entre deux rasades,
nous surveille, l'air pas content.
Ne regarde pas par gros temps
les antennes : ça rend malade.
 
Le bosco maudit le brouillard,
on est encor loin de Manille.
Mieux vaut que peur et long cafard
le périscope et la torpille.
 
Va-t-en ! La mer est trop humide
pour toi. Tu n'as pas pu me voir :
je me suis noyé, hier au soir,
à mille milles des Hébrides.
 
 
Traduction: Michel Volkovitch
Peinture: Giannis Kottis ‘’Marin qui rêve’’
Le poème original en grec sur notre page facebook

banner grece hebdo migration

banner newsletter grece hebdo

  1. Interviews
  2. Cinéma grec
  3. Populaires
Quo Vadis Europa? | Annamaria Simonazzi et Rafael de Bustillo sur les classes moyennes en Europe du Sud
Interview | Le cinéaste Yannis Economides sur la poétique des ténèbres humaines
Thomas Maloutas:  Un Atlas social pour Athènes
Interview | Hervé Georgelin:  La fin de Smyrne, du cosmopolitisme aux nationalismes
next
prev