chronisUn silence derrière les rochers, silence de neige.
Et puis les grognements des écorcheurs
tels les digressions du banquet
assombrissent le rivage.
D’autres ont mâché leurs paroles
calligraphiant sur les parchemins des douleurs à venir
et d’autres ont parlé de la foudre
de la beauté cachée de la parole du Scholiaste
Des espoirs sans paroles
Font entendre les vagues sur les traces du témoin.
 
 
 
Traduction: Kostas Nassikas et Démosthène Agrafiotis ‘’Anthologie de la poésie grecque 1975-2005’’ Ed. L’Harmattan
Peinture: Chronis Botsoglou "Le rocher"
Le poème original en grec sur notre page facebook

banner grece hebdo migration

banner newsletter grece hebdo

  1. Interviews
  2. Cinéma grec
  3. Populaires
next
prev