Né à Héraklion, en Crète, en 1837, Konstantinos Volanakis, à la fin de ses études, il s’est orienté vers une carrière dans le commerce, comme celle des autres membres de sa famille. En 1856, il se trouve à Trieste, où il travaille en tant qu’agent comptable. C’est pendant cette période qu’il crée ses premiers dessins sur des sujets liés au port. En 1864, il se rend à Munich où il entame ses études à l’Académie des Beaux arts, sous Karl von Piloty.

ISTIOFORO KAI ATMOPLOIO PALETAART

En 1867, il reçoit le premier prix pour la représentation de la bataille navale de Lisse, dans un concours annoncé par le gouvernement d’Autriche. Le tableau présenté plus tard à l’Exposition Artistique de Vienne a été acheté par l’empereur Franz Joseph. Il rentre en Grèce en 1883 et enseigne à l’École des Beaux arts jusqu’en 1903. Tout au long de cette période, il enseigne, également, au ‘’Centre artistique’’ qu’il avait lui-même fondé au Pirée en 1895.

 Seashore at Poros PALETAART

Dans un premier temps, Volanakis peint des paysages, mais au fil du temps, il devient l’un des plus importants peintres grecs du paysage marin. Il peint des batailles navales, des scènes dans des ports, des navires et des caïques, ainsi que des événements importants issus de la vie sociale de l'époque. Ses créations sont imprégnées d’un air lyrique et atmosphérique, et caractérisées d’une harmonie des couleurs et d’un rendement soigneux des détails. Ses peintures marines décrivent la beauté et la sérénité des petits ports de pêche. Sur la fin de sa vie, sa peinture fut marquée par des éléments postimpressionnistes. 

apovivasi tovima2

Il meurt au Pirée en 1907. En 2008, son œuvre ’’Le Débarquement de Karaiskakis à Phaliro’’ a été vendu pour presque 2 millions d’euros, marquant ainsi un prix record pour la vente aux enchères d’une œuvre grecque.

Volos Harbour at Night NGAL

 

m.o. 

banner grece hebdo migration

banner newsletter grece hebdo

  1. Interviews
  2. Cinéma grec
  3. Populaires
Quo Vadis Europa? | Annamaria Simonazzi et Rafael de Bustillo sur les classes moyennes en Europe du Sud
Interview | Le cinéaste Yannis Economides sur la poétique des ténèbres humaines
Thomas Maloutas:  Un Atlas social pour Athènes
Interview | Hervé Georgelin:  La fin de Smyrne, du cosmopolitisme aux nationalismes
next
prev