Le 29 juin 2017 marque l’anniversaire de 40 ans depuis la mort de l’architecte Takis Ch. Zenetos et le Centre culturel Onassis organise ce jour-là un colloque pour honorer l’œuvre de ce grand visionnaire sous le titre:  Takis Ch. Zenetos et l’Urbanisme électronique -40 ans après. L’événement portera sur les principes de la recherche de Zenetos sur la ville et « la maison du futur », en cherchant de mettre en évidence les aspects moins connus du  modernisme grec  dans l’architecture des années ’60.
Takis Zenetos maison 1959
Takis Ch. Zenetos, Maison, 1959.

Partisan d'un modernisme radical, Zenetos est reconnu comme l'une des figures de proue de l'architecture grecque du 20ème siècle. Chercheur infatigable avec une excellente connaissance de la technologie et designer de renommée internationale, Zenetos a conçu des projets visionnaires répondant aux exigences d'un monde beaucoup plus avancé que la Grèce des années ’70.

Takis Zenetos proposal 1954
Takis Ch. Zenetos, Une proposition, 1954

Takis Zenetos est né à Athènes en 1926. En 1945, il est parti étudier à l'Ecole des Beaux-Arts à Paris, en suivant des cours dans l'atelier d'architecture d’Otello Zavaroni. Sa vie dans le Paris d'après-guerre, une ville animée par les courants artistiques et culturels d'avant-garde, a eu un grand impact sur son travail.

A travers ses articles publiés dans les revues scientifiques de l'époque, on peut constater que Zenetos décrit avec précision la plupart des applications électroniques qui détermineront plus tard la vie quotidienne du 21ème siècle, comme celles du « télé- travail » et de « télé-services ».

Les bâtiments de Zenetos révèlent une architecture respectueuse de l'environnementqui sait mettre en valeur l'utilisation des technologies les plus avancées de son époque.

Ses créations incluent la rénovation de l'usine Fix (avenue Syngrou 53, 1957) siège aujourd’hui du musée d’art contemporain, EMST), la résidence à Glyfada, rue Xanthou 21 (1961),  l'Amalia Hôtel (rue  Amalias 34, 1959–avec Margaritis Apostolidis) l'Ecole d’ Agios Dimitrios (connue comme Stroghylo, 1972), la résidence à Kavouri (1959) et le Théâtre du Lycabette (1964), tous se situant à Athènes et ses environs Zenetos a aussi fait des plans architecturaux dans d’autres régions de Grèce,  notamment pour l’usine de tomate Kyknos dans le Péloponnèse (Savalia, 1963), et ses projets non réalisés pour l’hôtel Liakota à Plakias (Crète).  Parmi ses grandes œuvres de type theorique, il faut retenir sa recherche sur «L’Urbanisme électronique » et ses projets voués à de nouvelles agglomérations côtières en Grèce.

Takis Ch. Zenetos s’est donné la mort suite a une chute de la fenêtre de son bureau à Kolonaki, le 29 juin 1977.

FotorCreated fix
 L'usine Fix 
 
INFOS PRATIQUES
29 JUN 2017, 19h00, Centre culturel Onassis, Athènes
Colloque: « Takis Ch. Zenetos et l’Urbanisme électronique -40 ans après »
Intervenants : Panos Dragonas (architecte), Lydia Kallipoliti (architecte), Manolis Marmaras (architecte), Yorgos Tzirtzilakis (architecte).
Le colloque se tiendra en grec  -entrée libre
Lire plus : Expo Tomorrows 
 
 ville suspendue
Takis Zenetos, La ville suspendue, 1961.
 
M.V.

banner grece hebdo migration

banner newsletter grece hebdo

  1. Interviews
  2. Cinéma grec
  3. Populaires
Quo Vadis Europa? | Annamaria Simonazzi et Rafael de Bustillo sur les classes moyennes en Europe du Sud
Interview | Le cinéaste Yannis Economides sur la poétique des ténèbres humaines
Thomas Maloutas:  Un Atlas social pour Athènes
Interview | Hervé Georgelin:  La fin de Smyrne, du cosmopolitisme aux nationalismes
next
prev