GrèceHebdo inaugure une nouvelle rubriques, concernant les sites grecs classés patrimoine mondial de l’Unesco. Bénéficiant d'un très riche héritage, la Grèce regorge de trésors d'un point de vue culturel et historique. Ces sites, d'une valeur inestimable et irremplaçable, témoignent de toutes les époques et d'une extraordinaire variété. Chaque site a son histoire, ses caractéristiques, sa richesse, et tout cela à découvrir.


Le premier site classé patrimoine mondial par l’Unesco en 1986, est le Temple d’Apollon Épikourios à Bassae. Ce célèbre temple du dieu solaire et guérisseur fut construit dans la première moitié du Ve siècle av. J.-C. (vers 420-410 ?), à 1.130 m d'altitude dans la région montagneuse de l'Arcadie, au cœur du Péloponnèse. Le mélange de l'archaïsme et de la sérénité du style dorique avec certaines audaces architecturales est caractéristique de cet édifice où se trouve le plus ancien chapiteau corinthien conservé. Il appartient à la première génération d'édifices postérieurs au Parthénon. Pausanias, qui admira sa beauté et son équilibre, l'attribue à l'architecte Ictinos,ce que les archéologues n'ont pas réussi à établir formellement.


Situé à l'écart de la ville, le temple ne fut connu que tardivement. Un architecte français le découvrit par hasard en 1765, et le signala à l'attention du monde savant. La première fouille archéologique, en 1812, porta ses fruits mais eut des conséquences négatives pour l'intégrité du site. Il fut en effet dépouillé alors de 22 éléments sculptés de la frise ionique, et ces remarquables sculptures furent acquises en 1814 par le futur roi George IV d'Angleterre et transférées au British Museum, avec le chapiteau corinthien. Bien que privé de son décor exceptionnel (une centauromachie et une amazonomachie), le temple de Bassæ a été soigneusement restauré en 1902, mais l'état critique du monument exigea une nouvelle intervention en 1965.

banner grece hebdo migration

banner newsletter grece hebdo

  1. Interviews
  2. Cinéma grec
  3. Populaires
next
prev